Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Thonon Ecologie
  • : Les écologistes de Thonon candidats aux élections municipales, présentent leur projet pour la ville et leurs actions. C'est notre "défi vert".
  • Contact

votez pour l'écologie

 

Elisabeth Charmot, Elisabeth Charmot est élue à Thonon. Actuellement, elle est la seule élue écologiste. N'hésitez pas à la contacter, éventuellement par courrier à son nom, à la mairie.

Elisabeth Charmot fait entendre la voix de l'écologie lors des Conseils municipaux. Elle n'a eu de cesse de dénoncer les extensions des surfaces commerciales, pourtant votées par tous les autres conseillers, la poursuite de la croissance de l'aéroport de Genève, le goudronnage des surfaces naturelles ou agricoles, les petits arrangements.

traces sur le lac

  DSCN3307

Archives

on s'amuse...

citations de climatosceptiques et autres :

"Les avions suivent-ils bien leurs plans de vols et respectent-ils bien leurs horaires ? : Vivement les avions solaires, qu'on puisse dormir la nuit !"

"les lits froids, c'est quand on construit des immeubles qui restent vides quand les touristes vont voir ailleurs. Remarque... heureusement qu'on a des lits froids, parce qu'autrement, si tous les touristes se pointaient en même temps dans leurs appart, on n'aurait plus d'eau au robinet et ça serait impossible d'arriver jusqu'en montagne..."
"Non mais, de quoi se plaignent les écolos ? Si les hyper et M.Bricolage sont ouverts le dimanche, ça occupe les gosses, ça fait moins de monde pour saccager les forêts, non ? "
"Mais c'est bien normal qu'on remplisse trop nos poubelles, avec toutes les cochoneries "gratuites" qu'on nous donne de partout . Ils font comment, les écolos ? Ils vont jamais chez MacDo et ils commandent pas aux 3Suisses ? J'y crois pas !"
 "il n'y a qu'à des manif écolo qu'on peut sortir un mouchoir en tissu à carreaux quand on a la goutte aux nez... ailleurs, c'est Kleenex obligatoire, sinon on vous regarde comme un vieux dégoutant..."
"Je serai jamais écolo, oh ça non... savoir qu'on va bientôt manquer de tout, ça me déprimerait..."
"Le réchauffement, le réchauffement... c'est pas si grave ! Si on n'a plus de glaciers, on plantera des cocotiers"
"La nature... la nature ! Elle n'a qu'à rester dans la nature ! Et même si on arrache des arbres pour faire passer des routes, y'a toujours un autre arbre derrière."
"Il faut flui-di-fier la circulation. Si les voitures ne s'arrêtent plus, elles polluent moins. Mais si !"

 

14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 22:07

Communiqué, le 14 octobre 2015:

Projets routiers en Haute-Savoie

40 associations demandent une pause et une vraie réflexion

En juin dernier, 23 associations demandaient publiquement un moratoire sur tous les projets d’extension des capacités routières dans le département, afin que leur impact sur la qualité de l’air et sur le climat soit évalué, ainsi que pour permettre l’étude des solutions de mobilité alternatives multimodales.

Aujourd’hui une quinzaine de nouveaux signataires se sont ralliés à cette demande, dont La Ligue contre le Cancer Haute-Savoie, La Confédération Paysanne, la LPO et Mountain Wilderness.

« Il aurait été impensable il a y 15 ans d’obtenir un tel consensus en Haute-Savoie en faveur d’une pause dans le développement du réseau routier, afin notamment d’évaluer son réel impact environnemental avant tout lancement d’un nouveau projet. L’évolution des mentalités et des préoccupations est palpable, avec une sensibilité beaucoup plus marquée envers le respect de la santé publique, ainsi que de l’environnement », explique Anne Lassman-Trappier, Présidente d’Environn’MontBlanc.

Forts de cette demande de moratoire, partagée par de très nombreux acteurs et représentants de la société civile, nous demandons formellement au Conseil Départemental, collectivités locales et décideurs de Haute-Savoie, d’évaluer la politique des transports dans sa globalité. Le temps de la prise de décision au coup par coup doit être révolu en Haute-Savoie.

« Les effets de tout projet d’infrastructure routière sur la qualité de l’air, la nature, les sites et le climat doivent être réellement évalués et l’étude des solutions de mobilité, alternatives et multimodales, réalisée en toute transparence, avec la prise en compte des contributions et des propositions des associations, qui demandent à être enfin entendues », rajoute Jean-Pierre Crouzat, pilote du réseau Aménagement du territoire de la FRAPNA.

Contacts :Jean-Pierre Crouzat – Pilote du réseau Aménagement du Territoire de la FRAPNA ; Alain Boulogne – Président CIPRA France ; Anne Lassman-Trappier – Présidente Environn’MontBlanc et référente transports FRAPNA 74; Olivier Labasse – Président de Bien Vivre à Veyrier

Partager cet article
Repost0
Published by thonon-ecologie
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 15:06

J'ai déposé dans la boite de la mairie, dès mardi soir, les pétitions signées par les riverains qui n'étaient pas informés du tout avant mon coup de fil à deux d'entre eux. Le Maire n'a pas eu les pétitions avant le Conseil !

Voici ce que j'ai dit en Conseil Municipal, à peu près mot pour mot, à propos de la délibération sur l'extension de la carrière (le contrat de FORTAGE) :

" Lorsque je me suis rendue à la Commission environnement, je m'attendais à ce que l'agrandissement consiste en un creusement de l'existant, ce qui aurait été tout à fait acceptable, et inévitable, car comme vous le dites, on a besoin de matériaux de construction et on a tout intérêt à ne pas les apporter de trop loin pour limiter les pollutions dues au transport. Mais je ne m'attendais pas du tout à ce que l'agrandissement de la carrière concerne la partie ouest.

Je ne suis pas sûre que l'ensemble des personnes présentes ici sache bien où cela se situe et soit déjà allé se promener sur les lieux... Il s'agit en fait de la petite colline que vous voyez sur la droite du contournement, avant la descente et la magnifique vue sur le lac. C'est donc une colline qui fait partie du paysage. En sortant de la Commission je me suis dit que c'était quand même étrange que les riverains n'aient pas réagi... En fait, ils n'avaient simplement pas du tout été prévenus ! Alors c'est facile, ici, de dire comme l'a dit M. l'Adjoint "ça dégagera le paysage" ou bien "ils savaient quand ils ont acheté" comme l'a dit une élue de la majorité, oui, c'est facile de dire cela quand on est en réunion, mais allez donc le dire de vive voix aux gens du Pain de sucre ou de la Feuillasse !

Moi, j'ai eu face à moi des gens stupéfaits.

Depuis l'ouverture de la carrière, la population a augmenté, il y a même d'autres constructions en cours face à cette colline. Quand les gens ont acheté (immeuble l'Intemporel), ils savaient qu'il y avait la carrière de l'autre côté, mais personne ne s'attendait à ce qu'elle s'étende aussi face à eux, côté ouest.

Monsieur Barbaz a dit que les mesures de poussière étaient dans les normes, mais les mesures n'ont pas été faites sur le bord du chemin d'accès après le passage des camions...

Enfin, si on compte 4 ans d'extraction et une remise en état après la 11ème année, si on ajoute en plus le temps que les arbres mettent pour pousser, c'est une dégradation du paysage pour le moins inacceptable !

Plutôt que de vendre nos cailloux, il faut inciter à construire en ossature bois, ce qui a un bilan carbone bien, bien meilleur. (là, j'aurais bien sûr dû parler du recyclage, de l'économie de matériaux en limitant les infrastructures etc)

Je demande à ce que cette délibération soit repoussée, sinon, je m'oppose clairement à ce contrat. "

Puis j'ai aussi dit que si les arguments humains et environnementaux ne pesaient pas pour lui, il fallait aussi qu'il pense au capital : 700 000 € de cailloux ne se dilapident pas en une seule mandature, il faut en garder pour les générations futures qui ne pourront plus construire.

Guillaume Dekkil a aussi évoqué l'atteinte au paysage, et Christophe Arminjon a mentionné une ancienne délibération : il y a quelques mois, le maire nous a fait voter une délibération pour faire cesser l'entretien de la colline par l'ONF, on s'en était tous étonnés dans l'opposition... à aucun moment le maire n'avait dit que c'était pour laisser la voie libre à un contrat de fortage !

Et puis monsieur Jolly a dit qu'il ne fallait pas voir les choses comme ça, et il a minimisé les impacts, alors qu' il y aura du bruit et de la poussière pendant 3 ou 4 ans, et ça va être moche longtemps. De plus, je ne sais pas trop ce qui pourra pousser dans les parties verticales, et c'est ça le pire dans les carrières !

Monsieur Denais a résumé mon opposition à l'histoire de la construction ossature bois. Aucun mot de compassion envers les riverains...

Madame Dominguez, qui porte ce dossier, n'a finalement pas beaucoup pris part au débat. Peut-être parce que ce n'est pas un dossier acceptable pour un ou une adjoint(e) à l'environnement soucieux(se) de... l'environnement.

Partager cet article
Repost0
Published by E Charmot
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 08:17

Les riverains se mobilisent contre la "vente" (contrat de fortage) par la mairie (via une délibération du Conseil municipal ce mercredi soir), de la montagne qui entoure l'ancien stand de tir pour agrandir la carrière. A court terme, cela signifierait la disparition de cette colline qui fait partie du paysage et que l'on voit beaucoup depuis le contournement, au niveau de la sortie "vallée du Brevon".

Les élus qui voteront cette délibération n'ont pas dû aller beaucoup sur le terrain ni rencontrer les habitants, quasiment tous effondrés et révoltés.

Les coordonnées des personnes qui s'occupent des pétitions pourront vous être communiquées via ce blog. Ils veulent le retrait d'urgence de cette délibération.

Madame Elisabeth Charmot s'opposerait fermement à cette vente si la délibération était maintenue.

Partager cet article
Repost0
Published by thonon-ecologie
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 15:33

On s'en souvient : lorsque le Maire de Lullin a apporté les résultats de sa commune en Mairie de Thonon, M. le Maire de Thonon était furieux que "son" candidat (*) n'ait pas eu les voix des Lullinois(es) : "votre téléski, vous le ferez financer par Jo Déage" (le candidat pour lequel les habitants de Lullin avaient voté).

Lullin est un joli village de la Vallée du Brevon, et a la particularité d'avoir la station du col du feu sur son territoire.

La station du col du Feu est cautionnée par les plus intransigeants des écologistes : un seul téléski, pas de canon à neige, un petit coin sympa pour aérer à moindre prix les gamins du coin.

Thonon fait partie du syndicat de la remontée mécanique, suite à un souhait quasi affectif d'un précédent maire. Donc l'implication de Thonon dans la station ne date pas d'hier... et Monsieur Denais étant au pouvoir depuis de nombreuses années, il n'y a pas de raison que ça change : il aurait bien évidement désengagé la commune plus tôt : s'il le faisait, à partir de maintenant, cela ressemblerait à un règlement de compte très personnel, et à rien d'autre, non ?

Et aussi, ce serait assez cavalier pour les membres thononais de ce syndicat qui se sont engagés pour défendre ce syndicat... Et j'en fais bénévolement partie (avec L. Grabkowiak...).

(*) Laurent Grabkowiak

Partager cet article
Repost0
Published by E.Charmot - dans montagne ville de Thonon
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 15:02

Le Conseil Municipal a voté (mais pas moi) une délibération autorisant l'achat du dernier terrain de l'avenue des Vallées à la place d'un constructeur, au cas où ce constructeur ne puisse (ou ne souhaite...) plus l'acheter : bien obligé puisque sinon la possibilité d'y construire des logements sociaux risquait de tomber (c'est comme ça, c'est la loi quand un propriétaire veut vendre : l'affectation du PLU change si il ne trouve pas d'acheteur et que la mairie ne prend pas non plus la place de l'acheteur). Jusque là, normal. Là où ça ne l'est plus, c'est que la ville signe aussi (dans la même délibération...), un engagement à revendre à ce même constructeur sans y fixer de délai : Si le constructeur tarde un an, deux ans... , la ville n'aura pas le droit d'en choisir un autre, et c'est de l'argent immobilisé.

Bien sûr, nous aurions préféré que la ville pense à construire des logements sociaux plus tôt et que ce terrain devienne un parc ou un jardin partagé, mais là, fallait pas rêver !

Partager cet article
Repost0
Published by E.Charmot
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 14:59

Lors du dernier conseil Municipal, Elisabeth Charmot demandait le retrait d'une délibération qu'elle trouvait... "mesquine". Tout notre groupe lui donne raison, et la mesquinerie de la majorité ne s'arrête pas là : les photos des Conseillers d'opposition ont des photos plus petites que celles de la majorité... http://www.ville-thonon.fr/210-adjoints-et-conseillers-municipaux.htm

Partager cet article
Repost0
Published by thonon-ecologie
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 14:24
Le Messager de la semaine dernière

Vous n'avez peut-être pas tous lu l'ITW d'Alain Coulombel par Julien Berrier dans le Messager. Comme il est trop tard pour l'acheter, et qu'il ne fallait pas manquer le petit passage sur le conseil Municipal de Thonon, on vous le met ci-dessous. Ambiance.

Partager cet article
Repost0
Published by thonon-ecologie
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 12:51

Courrier reçu hier soir (nous en recevons régulièrement, et la pollution de l'air est un sujet récurant)

"Chère Madame,

Aujourd'hui (15 Juillet), les médias ont répété, à l'envi, que la pollution atmosphérique coûtait, chaque année, à la France, près de 100 milliards d'euros, à cause des dépenses de la sécurité Sociale dues à ce fléau. Il y a aussi des pertes de rentrées financières chez les agriculteurs, à cause de la présence importante d'ozone qui fait baisser les rendements. Le nombre de décès prématurés est évalué à 42.000, pour le moins. Quand vous interviendrez durant un conseil municipal, des collègues quelque peu "bourrins" ne pourront plus vous accuser de dire n'importe quoi. Enfin, il faut l'espérer. Cordialement. M E."

Partager cet article
Repost0
Published by un lecteur
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 13:44

Lors du dernier Conseil municipal, alors que j'avais déposé deux sujets pour les questions diverses, monsieur le Maire m'a répondu d'une manière ahurissante. Je me suis dit "dommage, ce ne sera probablement pas dans le compte-rendu". Et bien si, tout y est, en ligne, sur le site de la mairie !

Morceaux choisis : "vous êtes vraiment à cours d’idée pour baser votre question sur une lettre anonyme. Nous pourrions espérer d’une élue de la république un peu plus de discernement, d’éthique et de morale". Je ne me base pas sur une lettre anonyme, mais sur une lettre tout à fait réelle de l'Ifac qui annonce déposer une plainte à l'encontre d'un ou plusieurs salariés. Monsieur le Maire ne veut pas voir les problèmes, et c'est donc celui (ou celle) qui les dénonce qui en est responsable...

"vous nous servez une sorte de bouillie pseudo scientifique que vous avez dû piocher dans quelques revues. Laisser donc les vrais scientifiques faire leur travail" Ce commentaire concerne ma seconde question, qui portait sur le niveau sonore actuellement non réglementé dans les concerts de plein air. C'est un problème de santé publique, tout comme la qualité de l'air, et cette question a évidement sa place dans le chapitre des questions diverses, mais cela n'intéresse pas monsieur le Maire et c'est son absence de volonté d'agir que cela souligne. Quant aux vrais scientifiques... comment dire... De toutes les façons d'après Monsieur Denais, les scientifiques de l'OMS racontaient n'importe quoi quant à la pollution (cf un des CM du printemps 2014)

"je trouve que votre attitude à chaque Conseil fait également apparaitre une situation alarmante en matière de santé auditive car au fil du temps, contre toute attente, vous continuez à faire la « sourde oreille » à mes remarques répétées sur le fait que cette instance municipale n’est pas le lieu pour traiter de tout et de n’importe quoi." On a bien compris que les problèmes rencontrés par une entreprise sous DSP, et la santé des Thononais, rentraient dans la catégorie du "n'importe quoi".

Partager cet article
Repost0
Published by Elisabeth Charmot
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 22:04
Murs à démolir...

Mercredi soir, lors du Conseil Municipal, j'ai été la seule à ne pas voter pour l'expropriation de la boutique "Aux pinceaux d'or". Le gérant ne souhaitait pas partir, et l'expropriation coûte finalement 65 000 € à la ville. Mais pourquoi mettre cet homme de 55 ans à la rue ? Son bail arrivait à échéance en 2018, de toutes les façons, et le projet n'avance pas bien vite ! Hélas, parce qu'urbaniser ce quartier aurait permis de conserver des terres à Tully, vers l'Ermitage ou à Corzent... Mais franchement, il fallait peut-être commencer par ne pas laisser les commerces se développer à Champagne ou sur "la zone" pour garder une petite chance de les voir s'installer à Dessaix... Et sans commerces, ce projet sera voué à être fondamentalement modifié, au mieux.

Partager cet article
Repost0
Published by Elisabeth Charmot - dans ville de Thonon

image

Catégories

les médisants...

C'est la meilleure : si l'ETG vient s'entrainer à Marin, pour pas mettre les écolo en colère, la maire a dit qu'on allait laisser des vignes entre les terrains de foot. Y pourraient pas laisser les bouteilles, avec ? 

Vous rigolez ! Mettre des pistes cyclables sur les ponts qui traversent le contournement ! Mais ils se seraient touchés, les ponts, si on les avait élargis avec des pistes cyclables !
Ne vous affolez pas... 80% de personnes pour "Annecy2018" en janvier 2009 ? quand les gens auront compris que le président de l'association pour les JO dans le Chablais est un promoteur immobilier, que seuls les bétonneurs y ont intérêt, ça fera plus que 20% de personnes favorables dans un an...

C'est incroyable... Quand on discute avec les gens, personne n'a voté pour M.Denais...

la petite phrase d'Elisabeth Charmot

"Je suis peut-être écologiste parce que j'aime la nature... peut-être... mais c'est d'abord par instinct de survie !

Comment pourrons-nous survivre dans une société dégradée parce que les richesses puisées dans la nature et le sous-sol auront été mal partagées, pillées, et ce jusqu'à faire disparaitre la nature elle-même ?"