Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Thonon Ecologie
  • Thonon Ecologie
  • : Les écologistes de Thonon candidats aux élections municipales, présentent leur projet pour la ville et leurs actions. C'est notre "défi vert".
  • Contact

votez pour l'écologie

 

Elisabeth CharmotDepuis les élections municipales de 2014, Elisabeth Charmot est élue à Thonon. La seule élue écologiste. N'hésitez pas à la contacter.

 


 

marguerite

 

"Le noyau" du groupe s'était réuni au printemps 2013, mais nous avons attendu la Toussaint pour décider de nous présenter. Nous avions encore l'espoir de voir d'autres candidats porter les mêmes valeurs que nous. Ca n'a pas été le cas : On ne peut pas parler de transition énergétique sans se poser les bonnes questions et en inaugurant des routes ! Après le premier tour, la liste Thonon-Ecologie Le défi Vert a fusionné avec la liste Thonon pour Vous.

Aujourd'hui, Elisabeth Charmot essaye de faire entendre une autre voix à Thonon : celle des écologistes.

 

 

 

La rencontre automnale des

délégués des Verts Suisses et

 EELV Chablais /Ain / Genevois

français  eu lieu à Thonon. ce

22 sept 2012.

Merci aux élus écolos

de s'être déplacés

EELV réunion transf%0d%0a rontalière 22-09-20%0d%0a 12.
 

 

- - - - - - - - - - - - - -  - -

 

 

 

   


.


Elisabeth Charmot et les gens du groupe d'Annecy : des écologistes associatifs et des verts.
 - - - - - - - - - - - - - - - - -
Le samedi 7 juin 2009 ont eu lieu les élections européennes.
Résultats pour la Haute-Savoie : 
Europe-Ecologie : 22,19%
Alliance Ecologiste Indépendante : 4,09%
Est-ce que ça suffira à faire changer nos élus, à ouvrir leurs yeux sur un monde qui souffre des conséquences de notre mode de vie ? à les stopper dans leur course à tout goudronner à Thonon encore plus qu'ailleurs ?
A les empêcher d' oublier que dans la nature qu'ils massacrent, l'enjeu est la survie de l'homme ?

traces sur le lac

  DSCN3307

on s'amuse...

citations :

"Mais ma p'tite dame, le contournement, comme il va être bientôt saturé, fallait tout de suite le faire en 2x3 voies..."

"Les avions suivent-ils bien leurs plans de vols et respectent-ils bien leurs horaires ? : Vivement les avions solaires, qu'on puisse dormir la nuit !"

"les lits froids, c'est quand on construit des immeubles qui restent vides quand les touristes vont voir ailleurs. Remarque... heureusement qu'on a des lits froids, parce qu'autrement, si tous les touristes se pointaient en même temps dans leurs appart, on n'aurait plus d'eau au robinet et ça serait impossible d'arriver jusqu'en montagne..."
"je ne déboise pas, je coupe des arbres" M.Vivien ("Le Faucigny")
"Non mais, de quoi se plaignent les écolos ? Si les hyper et M.Bricolage sont ouverts le dimanche, ça occupe les gosses, ça fait moins de monde pour saccager les forêts, non ? "

"Mais c'est bien normal qu'on remplisse trop nos poubelles, avec toutes les cochoneries "gratuites" qu'on nous donne de partout . Ils font comment, les écolos ? Ils vont jamais chez MacDo et ils commandent pas aux 3Suisses ? J'y crois pas !"
 "il n'y a qu'à des manif écolo qu'on peut sortir un mouchoir en tissu à carreaux quand on a la goutte aux nez... ailleurs, c'est Kleenex obligatoire, sinon on vous regarde comme un vieux dégoutant..."
"Je serai jamais écolo, oh ça non... savoir qu'on va bientôt manquer de tout, ça me déprimerait..."
"Le réchauffement, le réchauffement... c'est pas si grave ! Si on n'a plus de glaciers, on plantera des cocotiers"
"La nature... la nature ! Elle n'a qu'à rester dans la nature ! Et même si on arrache des arbres pour faire passer des routes, y'a toujours un autre arbre derrière."
"Il faut flui-di-fier la circulation. Si les voitures ne s'arrêtent plus, elles polluent moins. Mais si !"

 

/ / /

Agir Vite 

2 juin 2009

 

Aux électeurs préoccupés par l’avenir de la planète.

 

Faits avérés, dont certains peu connus ou inédits,

au sujet des listes  écologistes qui se présentent.

 Avec quelques précisions utiles sur le scrutin.

 

ooOoo

 

- 1 - Pour les listes écologistes, où sont les vrais enjeux du scrutin ?

 

Extraits de la notice du Ministère de l’Intérieur :

 

« En raison de l'entrée dans l'Union européenne de nouveaux Etats, le nombre de représentants français passe de 78 à 72.

 

Pour ce scrutin, la France est divisée en huit circonscriptions électorales : Est (9 représentants), Ile-de-France (13 représentants), Massif central-Centre (5 représentants), Nord-Ouest (10 représentants), Ouest (9 représentants), Outre-mer (3 représentants), Sud-Est (13 représentants) et Sud-Ouest (10 représentants).

Les sièges sont répartis entre les circonscriptions proportionnellement à leur population.
Le scrutin est à un seul tour.
Il s'agit d'un scrutin de liste par circonscription à la représentation proportionnelle, sans panachage ni vote préférentiel.
La répartition des sièges se fait à la plus forte moyenne. Les listes n'ayant pas obtenu 5% des suffrages exprimés dans la circonscription ne participent pas à la répartition des sièges. 
»

(Souligné par nous)

 

Pour des listes supposées obtenir à peu près 10% dans chaque eurorégion, ces précisions amènent à la conclusion suivante :

 

 

Seuls les 2 premiers de ces  listes peuvent être considérés comme éligibles

en Ile-de-France, ainsi que le premier de liste dans chaque eurorégion métropolitaine,

 ce qui ferait huit éligibles.

 

 

Ceci est la donnée fondamentale, à ne pas perdre de vue. Les listes qui feront moins de 5% seront éliminées.  En fait, les résultats de 2004 montrent qu’aucun député n’y avait été élu avec moins de  6%  des suffrages exprimés. Un 2° Vert  aurait été largement élu en Ile de France, avec exactement 10% des voix, s’il n’avait pas subi la concurrence, stérile, de la liste de Corinne LEPAGE.

 

Le Sud-Est  élira autant de députés que l’Ile-de-France, mais en 2004, il avait eu un score écologiste nettement inférieur en pourcentage.

(Voir le tableau de notre communiqué n° 8, de l’été 2004 )

- 2 - Nature novatrice du "Rassemblement des Ecologistes", qui a engendré les listes  "Europe-Ecologie".

 

Le projet de consensus  Europe-Ecologie a été lancé par Jean-Paul BESSET (JPB), a l’époque porte-parole de Nicolas HULOT, ce qui n’a rien de fortuit.

 

JPB a proposé à Daniel COHN-BENDIT (DCB) d’être le principal communiquant de listes dont les éligibles ne seraient plus en majorité des « politiques », mais des représentants des grandes ONG et des personnalités indépendantes de la « Société Civile ».

 

C’est dans cet engagement des associatifs, imprévu mais prometteur, que réside la grande nouveauté de la démarche.

Elle sera probablement bientôt vue comme un événement politique important. 

 

Cette idée est dans le droit fil du « Pacte Ecologique », et de « L’Alliance pour la Planète » regroupant 82 associations, qui négocia le Grenelle de l’Environnement avec le Gouvernement. Elle est aussi, probablement, la conséquence du reniement par le même Gouvernement d’une bonne partie des engagements qu’il avait pris.

 

Concrètement, les 8 candidats d’Europe-Ecologie considérés comme éligibles sont :

 

- 5 associatifs et personnalités « civiles » :

Sandrine BELIER (ex-FNE), Jean-Paul BESSET (ex-porte-parole de Nicolas HULOT), José BOVé (Via Campesina), Yannick JADOT (ex-directeur des campagnes de Greenpeace), Eva JOLY (ex-magistrate au Pôle Financier) , 2° de liste en Ile-de-France

 

- et 3 « politiques » : DCB,  Hélène FLAUTRE, seule députée sortante Verte réinvestie (Nord), et Michèle RIVASI, investie par « Les Verts », mais avant tout spécialiste éminente des pollutions nucléaires.

 

Il est à noter qu’ à supposer que les choses se passent à peu près comme prévu, « Les Verts » n’auraient, au mieux, que 3 députés européens (en y comptant DCB), alors qu’ils en avaient obtenu 6 élus dans le parlement actuel. C’est ce qui avait fait écrire à Sylvia ZAPPI, dans « Le Monde », « Les Verts marginalisés dans leur alliance avec Cohn-Bendit …»

 

 

- 3 - Participation du Mouvement Ecologiste Indépendant (*)

  au "Rassemblement"- Les raisons d’une rupture.

(*) Président: Antoine WAECHTER.

 

 

Les partis écologistes représentatifs (sans discrimination) ont été  invités à s’investir dans le « Rassemblement ». Corinne LEPAGE et son parti CAP21  déclinaient l’offre, en fait parce qu’associés au MoDem.

 

Dans un premier temps (septembre et octobre 2008), le MEI y a participé ,  en y déléguant trois cadres, dont Antoine WAECHTER.

 

En novembre, « le MEI (…)  demande que soit respecté le rapport de deux têtes de liste MEI pour quatre têtes de liste des Verts »(communiqué), ce qui semble excessif, pour deux raisons indépendantes l’une de l’autre. 

 

D’une part le MEI comptait les candidatures de D CohnBendit , ce qui peut s’admettre même s’il n’a pas été désigné par « Les Verts,  mais aussi  la candidature  symbolique de H. DURIMEL en Outre-mer, ce qui ne le peut pas.

Dés lors que l’on exige tant de sièges éligibles, il n’y a pas lieu de prendre en compte la candidature Verte H. DURIMEL qui ne l’est en aucun cas. Car, pour avoir une probabilité d’être  élu en Outre-mer, il lui faudrait y obtenir au moins 18 à 20% des suffrages exprimés (3 sièges seulement à pourvoir).

 

La deuxième  raison est liée au  rapport objectif de l’influence électorale du MEI & assimilés, comparée à celle des Verts. Le dernier test en vraie grandeur a été le 1° tour des élections législatives de juin 2007.

Candidate sur la quasi-totalité des circonscriptions, l’alliance (MEI+GE+MHAN+ TREFLE) y a recueilli  208.456 voix ; alors qu’après déductions des voix obtenues dans les quatre circonscriptions (sur 577) où ils étaient soutenus par le PS, les Verts en obtenaient 783.971,  selon les chiffres du Ministère de l’Intérieur. Le rapport d’influences électorales actualisé est donc d’

 

 une  voix au MEI , pour 3,7 voix auxVerts,

et non pas une voix pour deux.

 

Les animateurs du Rassemblement semblent avoir fait une faute initiale contre les chiffres, en ne prévoyant pas, d’entrée de jeu, une place tant soit peu éligible pour le MEI. La suite dira peut-être pourquoi ?

 

Toujours est-il que le 15 ou 16 novembre 2008, devant témoins, Francis LALANNE téléphonait à Jean-Paul BESSET pour lui signifier que le MEI revendiquait désormais quatre têtes de listes !  

S’il en était besoin, les deux derniers § d’un article du Point en attestent.

 

Et plus encore: au cours d’une conversation téléphonique tenue dans les jours qui ont suivi,  Jean-Paul BESSET, pressenti dans l’eurorégion Centre au titre d’ex-porte-parole de Nicolas HULOT, proposait, en désespoir de cause, à F. LALANNE de céder au MEI  sa place de tête de liste:

 rejet instantané et catégorique de Francis LALANNE !

 

Autant dire, d’une part que FL voulait la rupture, et que d’autre part il avait été offert au MEI une place en rapport avec son influence électorale, certes tardivement mais encore à temps. 

 

Avec l’aide de Patrice MIRAN, vice-président du MEI, FL convainquait Antoine WAECHTER de créer des listes concurrentes, par alliance avec « La France en Action » (FEA) de Jean-Marc GOVERNATORI (JMG) et avec « Génération Ecologie » (GE).

 

 

- 4 – Création et composition de l’ "Alliance Ecologiste Indépendante", (AEI) concurrente d’Europe-Ecologie (E-E).

 

Les tenants et aboutissants de l' »Alliance  Ecologiste Indépendante » ont été décrits ci-dessus. Elle regroupe donc trois partis.

- Génération Ecologie (E-E): parti créé en 1990 par Brice LALONDE à l’instigation de MITTERRAND pour concurrencer le parti vert, il compta parmi ses membres Noël MAMERE et…..Jean-Louis BORLOO ! Brice LALONDE l’abandonna en 2002.

- Le MEI : présidé presque constamment par Antoine WAECHTER, il a résulté d’une scission des Verts en 1994, quand ceux-ci ont voté une alliance avec le PS.

-La France en Action (FEA) : Créé au printemps 2004, en vue des européennes, par Jean-Marc GOVERNATORI, homme d’affaires qui a réussi et s’est retiré, ce parti s’appelait alors « La France d’en bas ».

Les listes proposaient aux « Artisans, Commerçants, Ecologistes, Personnes handicapées, Protecteurs des Animaux » ce qui suit :  « Additionnons nos énergies, nos compétences, nous serons entendus et efficaces ».

En vue des élections présidentielles puis législatives de 2007, le parti changea de nom, et devint « La France en Action ». JMG voulut se présenter aux élections présidentielles de 2007, ce qui lui valut cet autre portrait . Il finance son parti, quasi-totalement sur sa fortune personnelle, ce qu’il affiche sur son site .

 

- Répartitions par eurororégions, des éligibles opposés en haut des listes,       supposées atteindre environ 10% :

-Ile-de- France :

Jean-Marc GOVERNATORI (Ile-de-France) (AEI, FEA)                              contre

Daniel COHN-BENDIT , (E-E, prt du groupe europ. Vert au parlement de Strasbourg, et

Eva JOLY, 2° de liste, « Société civile ».

 

-Sud-est :              Francis LALANNE (AEI, MEI),                            contre

Michèle RIVASI      (E-E, Les Verts)

 

-Nord-Est :            Bernard FRAU       (AEI, MEI)                              contre

Hélène FLAUTRE, (E-E, Les Verts, députée européenne sortante)

 

- Sud-Ouest :         Patrice DREVET (AEI, GE, encore ou non affilié au « Nouveau Centre ? »,             contre

José BOVé ,         (E-E, associatif)

 

- Est :                    Antoine WAECHTER ( AEI, président du MEI)         contre

Sandrine BELIER (E-E, associative)

 

-Ouest :                 Eva ROY            (AEI, FEA)                                          contre

Yannick JADOT ( E-E, associatif)

 

-« Centre » :          Michel FABRE (AEI, MEI)                                          contre

Jean-Paul BESSET (E-E, associatif )

 

ooOoo

 

En conclusion : Pendant des années, Agir Vite a martelé aux Verts que pour que l’écologie politique perce (avec eux) dans les élections, il était nécessaire d’une part qu’ils sortent de l’impasse des alliances sans espoir et humiliantes avec le PS, et  d’autre part, qu’ils fassent  des concessions aux autres écologistes politiques, et plus particulièrement au MEI. On peut consulter ici  un aperçu de nos interventions . Agir Vite reprochait aux Verts leurs réactions hégémonistes face aux  offres de coalitions électorales que leur faisait le MEI.

 

Maintenant que « Les Verts » s’ouvrent enfin et font de grosses concessions, c’est le MEI qui, à l’initiative de Francis LALANNE, a non seulement quitté l’union difficilement créée, mais participe à la création d’une «Alliance Ecologiste Indépendante » concurrente.

 

Cette concurrence entre listes écologistes ne peut qu’aboutir

 à des sièges de députés perdus au Parlement Européen.

 

Ceci, d’abord par élimination des voix données par des électeurs

 à celles des listes écologistes qui n’auront pas atteint les 5%.

 

Et ensuite, par stérilisations de restes au détriment de celles qui auront franchi ce seuil.

 

Donc, dans tous les cas de figures, à un amoindrissement

 de la  défense de la planète dans cette institution.

 

Aux électeurs dans l’embarras devant ce choix, il ne restera que la solution de s’en remettre aux sondages.    Voici un lien vers une synthèse évolutive de tous les sondages qui paraissent, mais portant sur la France entière.

 

Qui sommes-nous?

Agir Vite  est un groupe de pression en écologie politique, indépendant, fondé début 2004 dans le but de pousser à la fin des concurrences électorales stériles entre partis écologistes. Nous avons constamment proposé des listes coalisées pour les européennes, régionales et municipales, et le partage des candidatures lors des cantonales .

 

Par ses statuts, l'association refuse l'adhésion des "cartés", et des personnes qui se sont présentées à des élections dans les 6 dernières  années

( sauf municipales dans les communes de moins de 3500 habitants).

 

Tout adhérent qui se présenterait à une telle élection a l’obligation de  démissionner d'Agir Vite sous les 3 jours. Dans ses prises de position, il lui sera interdit de se revendiquer de son adhésion antérieure à notre association.

 

Enfin, l'association s'interdit de présenter des candidats à des élections.

 

Chaque postulant à l'adhésion confirme de sa main qu'il a pris connaissance de ces conditions et qu'il les approuve.

 

Agir Vite s'est limitée à dénoncer les raisons  et ferments des divisions des écologistes politiques.

Elle s'est refusée à soutenir tel candidat (ou liste) écologiste contre tel autre.

Par contre, nous avons soutenu des candidatures écologistes quand elles se présentaient sans concurrence entre elles. (voir plus haut le lien à l’aperçu de cette activité)

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

image

Catégories

les médisants...

C'est la meilleure : si l'ETG vient s'entrainer à Marin, pour pas mettre les écolo en colère, la maire a dit qu'on allait laisser des vignes entre les terrains de foot. Y pourraient pas laisser les bouteilles, avec ? 

Vous rigolez ! Mettre des pistes cyclables sur les ponts qui traversent le contournement ! Mais ils se seraient touchés, les ponts, si on les avait élargis avec des pistes cyclables !
Ne vous affolez pas... 80% de personnes pour "Annecy2018" en janvier 2009 ? quand les gens auront compris que le président de l'association pour les JO dans le Chablais est un promoteur immobilier, que seuls les bétonneurs y ont intérêt, ça fera plus que 20% de personnes favorables dans un an...

C'est incroyable... Quand on discute avec les gens, personne n'a voté pour M.Denais...

la petite phrase d'Elisabeth Charmot

"Je suis peut-être écologiste parce que j'aime la nature... peut-être... mais c'est d'abord par instinct de survie !

Comment pourrons-nous survivre dans une société dégradée parce que les richesses puisées dans la nature et le sous-sol auront été mal partagées, pillées, et ce jusqu'à faire disparaitre la nature elle-même ?"