Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Thonon Ecologie
  • Thonon Ecologie
  • : Les écologistes de Thonon candidats aux élections municipales, présentent leur projet pour la ville et leurs actions. C'est notre "défi vert".
  • Contact

votez pour l'écologie

 

Elisabeth CharmotDepuis les élections municipales de 2014, Elisabeth Charmot est élue à Thonon. La seule élue écologiste. N'hésitez pas à la contacter.

 


 

marguerite

 

"Le noyau" du groupe s'était réuni au printemps 2013, mais nous avons attendu la Toussaint pour décider de nous présenter. Nous avions encore l'espoir de voir d'autres candidats porter les mêmes valeurs que nous. Ca n'a pas été le cas : On ne peut pas parler de transition énergétique sans se poser les bonnes questions et en inaugurant des routes ! Après le premier tour, la liste Thonon-Ecologie Le défi Vert a fusionné avec la liste Thonon pour Vous.

Aujourd'hui, Elisabeth Charmot essaye de faire entendre une autre voix à Thonon : celle des écologistes.

 

 

 

La rencontre automnale des

délégués des Verts Suisses et

 EELV Chablais /Ain / Genevois

français  eu lieu à Thonon. ce

22 sept 2012.

Merci aux élus écolos

de s'être déplacés

EELV réunion transf%0d%0a rontalière 22-09-20%0d%0a 12.
 

 

- - - - - - - - - - - - - -  - -

 

 

 

   


.


Elisabeth Charmot et les gens du groupe d'Annecy : des écologistes associatifs et des verts.
 - - - - - - - - - - - - - - - - -
Le samedi 7 juin 2009 ont eu lieu les élections européennes.
Résultats pour la Haute-Savoie : 
Europe-Ecologie : 22,19%
Alliance Ecologiste Indépendante : 4,09%
Est-ce que ça suffira à faire changer nos élus, à ouvrir leurs yeux sur un monde qui souffre des conséquences de notre mode de vie ? à les stopper dans leur course à tout goudronner à Thonon encore plus qu'ailleurs ?
A les empêcher d' oublier que dans la nature qu'ils massacrent, l'enjeu est la survie de l'homme ?

traces sur le lac

  DSCN3307

on s'amuse...

citations :

"Mais ma p'tite dame, le contournement, comme il va être bientôt saturé, fallait tout de suite le faire en 2x3 voies..."

"Les avions suivent-ils bien leurs plans de vols et respectent-ils bien leurs horaires ? : Vivement les avions solaires, qu'on puisse dormir la nuit !"

"les lits froids, c'est quand on construit des immeubles qui restent vides quand les touristes vont voir ailleurs. Remarque... heureusement qu'on a des lits froids, parce qu'autrement, si tous les touristes se pointaient en même temps dans leurs appart, on n'aurait plus d'eau au robinet et ça serait impossible d'arriver jusqu'en montagne..."
"je ne déboise pas, je coupe des arbres" M.Vivien ("Le Faucigny")
"Non mais, de quoi se plaignent les écolos ? Si les hyper et M.Bricolage sont ouverts le dimanche, ça occupe les gosses, ça fait moins de monde pour saccager les forêts, non ? "

"Mais c'est bien normal qu'on remplisse trop nos poubelles, avec toutes les cochoneries "gratuites" qu'on nous donne de partout . Ils font comment, les écolos ? Ils vont jamais chez MacDo et ils commandent pas aux 3Suisses ? J'y crois pas !"
 "il n'y a qu'à des manif écolo qu'on peut sortir un mouchoir en tissu à carreaux quand on a la goutte aux nez... ailleurs, c'est Kleenex obligatoire, sinon on vous regarde comme un vieux dégoutant..."
"Je serai jamais écolo, oh ça non... savoir qu'on va bientôt manquer de tout, ça me déprimerait..."
"Le réchauffement, le réchauffement... c'est pas si grave ! Si on n'a plus de glaciers, on plantera des cocotiers"
"La nature... la nature ! Elle n'a qu'à rester dans la nature ! Et même si on arrache des arbres pour faire passer des routes, y'a toujours un autre arbre derrière."
"Il faut flui-di-fier la circulation. Si les voitures ne s'arrêtent plus, elles polluent moins. Mais si !"

 

/ / /

Thonon le 17 février 2013

Mesdames, Messieurs,

Nous verrons partir de Thonon 2 Navibus de moins chaque matin.
Ils sont remplacés par de gros bateaux, ce qui permet de transporter des frontaliers de plus en plus nombreux.
Mais les frontaliers grincent des dents : le voyage est plus long.

Comment en sommes nous arrivés-là ?

Il y a quelques années, lorsque le premier Navibus a accosté au port de Thonon, les écologistes que nous sommes étaient mi-figue, mi-raisin : Bien sûr, cela éviterait des trajets en voiture, mais est-ce que la vitesse des bateaux n'allait pas abîmer les rives ? Est-ce que ces bateaux ultra rapides n'étaient pas tout aussi polluants que les voitures qu'ils remplaçaient ?

Toujours est-il qu'ils ont remporté un énorme succès. Bien plus important que ce qu'espéraient les élus locaux, qui n'avaient rien anticipé.

A tel point que ce Navibus destiné au départ à désengorger la route, et à être utilisé par les frontaliers, a créé de nouveaux frontaliers, d'où l'arrivée de nouveaux habitants à Thonon, alléchés par des postes en Suisse.

A tel point qu'aujourd'hui, donc, les Navibus doivent être remplacés par des bateaux plus gros.

La CGN parait s'être engagée à mettre en place des Navibus de plus grande capacité, mais tout aussi rapides que les précédents Navibus.

Or, c'est là que nous vous demandons de vous opposer à ce projet de la CGN de faire fabriquer de très gros Navibus.
Parce que :

- Les communes françaises n'ont aucune solution à proposer pour que les frontaliers puissent prendre les bateaux : il n'y a pas de parking et il est impossible d'en créer au bord du lac (surpeuplé ou espaces classés) ni de possibilité de mettre au point une navette ou un transport commun aux frontaliers, qui viennent d'un peu partout dans Thonon et des villages alentours.

- l'impact sur le foncier et le prix du foncier est très difficilement supportable pour la population déjà installée, qui n'arrive plus à faire face.

- Créer des transports nouveaux et les rendre de plus en plus rapides est une course sans fin.

- L'impact des vagues créées par les Navibus sur les côtes n'est pas encore connu. La mairie de Thonon a commandé une enquête mais nous n'avons jamais su les résultats.

- Créer de nouveaux transports participe implicitement à la croissance des entreprises de Lausanne et de leur économie, sans que ces entreprises se posent la question du logement de leur personnel, sans en mesurer l'impact sur l'environnement. Limiter les bateaux serait poser une première limite à cette croissance.

- créer des frontaliers (et non pas seulement aider ceux qui le sont déjà) est un non sens lorsqu'on prône des relocalisations, un "agir local" pour le global. Soit il faut loger les travailleurs près des entreprises, soit il faut délocaliser les entreprises dans les régions de France à fort taux de chômage et d'où sont originaires les nouveaux frontaliers de l'Agglo. Ces régions françaises se paupérisent peu à peu, alors que la région thononaise s'enrichit sans en avoir besoin.

- Enfin, Lausanne est loin, les trajets doivent se faire en leur temps, tout ne doit pas être accéléré à l'infini. Il faut que chaque événement prenne le temps nécessaire.


La question de fond est bien sûr la croissance et ses impacts, mais ce n'est pas en multipliant le nombre de bateaux que nous ralentirons ce phénomène qui nous accélère et nous dévore tous.

Je vous prie d'accepter mes salutations les plus distinguées.

Elisabeth Charmot


Co signataire : Jean-Pierre Burnet

Partager cette page

Repost 0
Published by

image

Catégories

les médisants...

C'est la meilleure : si l'ETG vient s'entrainer à Marin, pour pas mettre les écolo en colère, la maire a dit qu'on allait laisser des vignes entre les terrains de foot. Y pourraient pas laisser les bouteilles, avec ? 

Vous rigolez ! Mettre des pistes cyclables sur les ponts qui traversent le contournement ! Mais ils se seraient touchés, les ponts, si on les avait élargis avec des pistes cyclables !
Ne vous affolez pas... 80% de personnes pour "Annecy2018" en janvier 2009 ? quand les gens auront compris que le président de l'association pour les JO dans le Chablais est un promoteur immobilier, que seuls les bétonneurs y ont intérêt, ça fera plus que 20% de personnes favorables dans un an...

C'est incroyable... Quand on discute avec les gens, personne n'a voté pour M.Denais...

la petite phrase d'Elisabeth Charmot

"Je suis peut-être écologiste parce que j'aime la nature... peut-être... mais c'est d'abord par instinct de survie !

Comment pourrons-nous survivre dans une société dégradée parce que les richesses puisées dans la nature et le sous-sol auront été mal partagées, pillées, et ce jusqu'à faire disparaitre la nature elle-même ?"